Le Quotidien du Midi


 

Toulouse-Blagnac : la Cour administrative de Paris annule la procédure de privatisation

PARIS. Par un arrêt de ce mardi, la Cour administrative d’appel de Paris a annulé les décisions ayant  pour objet la cession par l’Etat à la société Casil Europe de 49,99 % des parts du capital de la société anonyme Aéroport de Toulouse Blagnac (photo/toulouse.aeroport.fr), concessionnaire de cet aéroport. La Cour a considéré que le « cahier des charges » qui avait été établi pour cette opération de privatisation, lequel prévoyait trois étapes dans la procédure de sélection de l’acquéreur, ne pouvait, contrairement à ce qu’avaient estimé les services de l’Etat, être interprété comme permettant qu’un consortium candidat puisse évoluer dans sa composition au cours de cette procédure. Constatant qu’une société qui n’en faisait pas initialement partie s’était associée au consortium finalement choisi comme acquéreur à l’occasion de la deuxième étape de la procédure puis s’était retirée avant la dernière étape, celle du dépôt des offres fermes, la Cour a jugé en conséquence que ce cahier des charges avait été méconnu. Estimant que le vice ainsi constaté avait nécessairement affecté le choix de l’acquéreur, elle a annulé, à raison de cette illégalité, la décision de céder à la société Casil Europe 49,99% des parts du capital de la société anonyme Aéroport de Toulouse Blagnac. Il y a lieu d’observer que l’arrêt de la Cour n’a pas, par lui-même, d’effet sur l’application du contrat de cession passé le 7 avril 2015 entre l’Etat et la société Casil Europe, lequel, ainsi que l’a jugé le Conseil d’Etat par un arrêt du 27 octobre 2015, est au demeurant un contrat de droit privé. (17/04/19)


Nice : la compagnie aérienne Jet2.com va lancer une liaison vers Birmingham

NICE. L’aéroport de Nice Côte d’Azur, poursuit le renforcement de son réseau à destination ou en provenance de l’Angleterre avec le lancement d’une nouvelle ligne dès mai 2020 vers Birmingham. Cette liaison sera assurée par la compagnie Jet2.com qui, adossée à Jet2CityBreaks, représente une forte opportunité pour la clientèle des city breakers. La compagnie Jet2.com proposera 3 rotations par semaine, les lundis, jeudis et vendredis, en direction ou en provenance de Birmingham. Elles seront opérées en Boeing 737 d’une capacité de 189 sièges et s’ajoutent au 11 autres rotations déjà programmées depuis les autres bases britanniques de la compagnie (Leeds Bradford, Manchester et London Stansted). « L’ouverture de la liaison Nice-Birmingham par Jet2.com représente une avancée significative dans la constitution de notre réseau international en ajoutant une nouvelle destination vers l’Angleterre, en complément des nombreuses autres que nous proposons. Elle participe du renforcement de notre attractivité auprès des britanniques, qui représentent déjà le premier marché étranger de la plateforme, comme des city breakers, qui constituent un important relais de croissance pour notre territoire », souligne Dominique Thillaud, président du directoire des Aéroports de la Côte d’Azur. Les britanniques représentent la première population étrangère sur l’aéroport Nice Côte d’Azur, soit 11% des passagers. 55% viennent pour faire du tourisme, 26% pour rendre visite à des proches et 19% pour affaires. Jet2. Com est une compagnie aérienne britannique à bas prix basée sur l’aéroport de Leeds-Bradford. L’aéroport Nice Côte d'Azur est le deuxième aéroport de France après Paris avec 13,85 millions de passagers en 2018, 121 destinations directes et 60 compagnies régulières desservant 43 pays. En dehors de Paris, il est aussi le seul aéroport français à proposer 5 destinations long-courriers en vols réguliers (Dubaï, Doha, Koweït, New York et Montréal) et à accueillir l’A380 en vol quotidien. (24/03/19)
 

Toulouse Blagnac : Bruno Le Maire s’engage à maintenir la participation de l’Etat

TOULOUSE (Haute-Garonne). Une délégation composée de Françoise Laborde, sénatrice de la Haute-Garonne, qui avait initié cette rencontre ; Jean-Luc Lagleize, député ; Carole Delga, présidente de la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée ; Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne ; Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole ainsi que Philippe Robardey, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Toulouse, a rencontré ce jeudi 21 mars, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, pour faire un point sur la situation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac depuis l’annonce par le consortium chinois Casil Europe de la revente des 49,99 % de parts qu'il détient depuis 2015. Au terme de cette réunion, Bruno Le Maire a rappelé le rôle stratégique de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, à la fois pour le développement du territoire et la compétitivité de ses entreprises, en particulier pour la filière aéronautique. Le ministre s’est engagé à ce que l’Etat maintienne sa participation de 10,01 % au capital de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, conformément au souhait exprimé par l’ensemble des parties prenantes. Bruno Le Maire a par ailleurs confirmé sa volonté de rester à l’écoute des collectivités territoriales et de la CCI pour poursuivre la concertation. Le ministre s’est également engagé à réunir à nouveau les acteurs locaux d’ici l’été pour aborder la question de la gouvernance de l’aéroport. (21/03/19)
 

Les résultats de la SNCF plombés par la grève du printemps dernier

PARIS. Guillaume Pepy, président du directoire du de SNCF présentait ce jeudi les résultats du Groupe pour 2018. Ils affichent un bon dynamisme malgré un impact élevé de la grève du printemps. Dans ce contexte exceptionnel, SNCF (Photo/sncf.com) est resté à l’offensive et a montré sa capacité à accompagner ses clients tout en poursuivant ses investissements à un niveau historique et en réduisant ses coûts. Pour preuve le 2eme semestre marque un fort rebond et affiche des résultats en progression par rapport à la même période de 2017. Grâce aux premiers effets de la réforme ferroviaire, couplés à une transformation en profondeur, le modèle économique de TGV marque un tournant, retrouvant toute son attractivité. Sur l’année 2018, le chiffre d’affaires du Groupe qui s’élève à 33,3 Mds€ est en hausse de +1,3% par rapport à 2017. Par ailleurs, 530 M€ de grains de performance ont été réalisés en 2018. Le Groupe enregistre un résultat net positif de + 141 M€ et à investi 8,9 M€ dans les infrastructures ferroviaires et le matériel roulant. 2019 devrait bénéficier de la bonne dynamique de 2018, puisée dans la compétitivité des offres et des services nouveaux avec une croissance attendue d’environ +4,0%. Le niveau d’investissements dépassera pour la première fois plus de 10 Mds€ avec toujours la priorité au ferroviaire. Les engagements du Groupe resteront forts autour de sa raison d’être :  apporter à chacun la liberté de se déplacer facilement en préservant la planète, développer l’usage du ferroviaire, être les meilleurs sur les fondamentaux, augmenter la satisfaction des clients, accroître la satisfaction et l’engagement des collaborateurs, être économiquement rigoureux et performant, agir pour la transition écologique et solidaire avec les territoires. Enfin le Groupe continue à préparer l’avenir dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme ferroviaire votée en juin 2018, avec une nouvelle gouvernance en 2020, l’élaboration du nouveau pacte social et l’ouverture à la concurrence prochaine des activités ferroviaires voyageurs. Pour Guillaume Pepy, président du directoire de SNCF « Le Groupe marque un bon dynamisme de ses activités en 2018. Tout en atteignant un niveau historique d’investissements, nous poursuivons nos efforts sans cesse pour réduire nos coûts afin de baisser nos prix. Parce que nous croyons que la liberté de se déplacer doit être accessible à tous. Parce que nous croyons qu'il ne doit pas y avoir de choix entre se déplacer et préserver l'environnement. Et parce que nous croyons, enfin, que les transports durables ne seront préférés aux autres que s'ils sont plus faciles d'accès et d'utilisation ». (28/02/19)


En bref

AERIEN. Après l'Indonésie, la Chine, Singapour, L'Australie, la Corée du sud, la Malaisie, l'Allemagne, le Royaume-Uni... la France interdit le Boeing 737 Max dans son espace aérien après le crash de l'Ethiopian Airlines. (12/03/19)
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com