Le Quotidien du Midi


 

Un séisme de magnitude 5,4 sur l'échelle de Richter secoue l'Ardèche et la Drôme

PRIVAS (Ardèche). Un séisme de magnitude 5,4 sur l’échelle de Richter s’est produit ce lundi, à 11 h 52, sur la commune Le Teil (Ardèche) et dans les environs. (photo/préfecture/Ardèche). Il a duré environ 5 secondes et a fortement été ressenti en Ardèche et dans la Drôme. A 19 h 30, 100 sapeurs-pompiers étaient encore engagés sur le terrain dans l’Ardèche où ils ont effectué 85 interventions dont 73 au Teil. Par ailleurs, une trentaine de pompiers drômois étaient encore engagés en renfort au profit de l’Ardèche pour des évaluations sur les structures bâtimentaires et objets menaçant de tomber sur la voie publique. 50  gendarmes ont assuré la sécurité des personnes et des biens. Un escadron de gendarmes mobiles était attendu dans la soirée. Le bilan humain est le suivant : un blessé grave est à déplorer suite à la chute d’un échafaudage. Ses jours ne sont pas en danger et de trois blessés légers, essentiellement des crises de panique. D'importants dégâts matériels ont été constatés au Teil. A titre préventif, les communes, en lien avec le SDIS, ont procédé à plusieurs évacuations : à Crest, 5 appartements se situant dans 2 maisons distinctes ont été évacués par précaution. Les 4 familles concernées ont été relogées par la mairie. A  Livron, 1 appartement se situant d’un petit immeuble de 2 étages a été évacué en bordure de la RN 7. La circulation alternée a été mise en place pour plusieurs jours, dans l’attente de l’évaluation des risques. A Chateauneuf du Rhône, 6 personnes ont été évacuées d’un bâtiment fragilisé. Les écoles et groupes scolaires de Montélimar, Ancône, Montboucher, Les Granges Gontarde, La Garde Adhémar, Pierrelatte, Espeluche, Allan et Malataverne ont été visités par le SDIS et les différents services municipaux, et seront ouverts demain. Les écoles primaires et secondaires de la commune du Teil seront fermées demain afin de vérifier la stabilité des bâtiments. Au niveau des sites industriels de la zone concernée, les services de l’État et les opérateurs compétents effectuent toutes les vérifications nécessaires des ouvrages d’art, bâtiments, usines (notamment les sites Seveso), pouvant présenter un risque éventuel (barrages de la CNR, ponts et routes). A ce stade, aucun risque n’a été signalé. Des vérifications complémentaires seront effectuées dans les prochains jours. Un point particulier concerne les installations nucléaires. Sur les sites nucléaires concernés, aucun risque n’a été décelé. Sur le site du Tricastin : les secousses du séisme ont bien été ressenties. Le seuil vibratoire déclenchant les systèmes d’alerte n’a pas été atteint. Aucun dégât visible n’a été observé sur les installations et il n’y a eu aucun impact sur la sûreté des installations qui sont actuellement en exploitation. Sur le site de Cruas,le seuil sismique vibratoire a déclenché une alarme sur un seul des cinq capteurs installés sur le site. Aucun dégât sur les bâtiments n’a été constaté et les installations fonctionnent normalement. Cela étant, conformément à la procédure de sécurité et de précaution établie par l’opérateur, un arrêt des réacteurs surviendra dans les prochaines heures afin de permettre un audit approfondi des installations. (11/11/2019)

Des dizaines de milliers de manifestants contre la PMA et la GPA

PARIS. Alors que le débat sur le projet de loi bioéthique est encore en 1ère lecture à l’Assemblée nationale, la mobilisation contre la PMA sans père et la GPA (photo/lamnanifpourtous.fr) commence ce dimanche 6 octobre. Pour les associations qui appellent à descendre dans la rue, « c’est une manifestation d’avertissement pour le Gouvernement qui devra faire le choix entre l’ouverture d’un dialogue et la prise en compte des arguments ou la hollandisation, c’est-à-dire le mépris, le déni voire même l’insulte. Comme toujours en politique, rien n’est joué. L’histoire est à écrire » précise Ludovine de La Rochère, présidente de la Manif pour tous qui ajoute : « Les dizaines de milliers de manifestants qui ont répondu à l’appel des organisateurs, entendent obtenir le retrait de la PMA sans père, un moratoire sur le projet de loi bioéthique, une initiative internationale pour obtenir l’abolition universelle de la GPA, l’application du principe de précaution à la filiation et un vaste plan de soutien à la recherche médicale pour lutter contre l’infertilité ». Les manifestants sont partis de la place Edmond Rostand, près du Sénat, pour rejoindre la place du 18 juin, au pied de la Tour Montparnasse, où un podium était dressé et sur lequel des responsables associatifs, des témoins et des experts se sont relayés pour dénoncer les conséquences du projet de loi . « La balle est désormais dans le camp d’Emmanuel Macron et du Gouvernement. La Manif Pour Tous entend continuer, avec les associations partenaires du label « Marchons Enfants ! », à faire vivre cette mobilisation citoyenne massive. Si le gouvernement s’entête et veut passer en force, il nous trouvera en travers de sa route » a déclaré Albéric Dumont, vice-président de La Manif Pour Tous. « Le choix du gouvernement est simple : être à l’écoute des Français ou reproduire la méthode de François Hollande : mépriser les Français et diviser la société » a conclu Ludovine de La Rochère. (06/10/2019)


 

10 mesures pour lutter contre les violences conjugales

PARIS. Le Grenelle contre les violences conjugales s’est ouvert ce mardi (photo/gouvernement.fr), en écho au 39 19, le numéro d’écoute anonyme et gratuit destiné aux femmes victimes de violence, à leur entourage, aux témoins ainsi qu’aux professionnels concernés. Ce grand dispositif se conclura le 25 novembre 2019, à l’occasion de la Journée internationale contre la violence à l’égard des femmes. Durant cette période, une centaine de Grenelle locaux seront organisés un peu partout sur le territoire national. Le Grenelle réunit autour de la table de nombreux acteurs : ministres, parlementaires, élus locaux, administrations, associations, familles et proches de victimes, avocats, médias, professionnels de la santé, du logement, forces de l’ordre… Avec un objectif : prendre des engagements concrets et collectifs visant à lutter toujours plus efficacement contre les violences conjugales. Cet objectif implique différents ministères, et s’articule autour de trois grands axes : prévenir, protéger et prendre en charge, unir pour mieux protéger. Dès ce mardi, sans attendre la fin du Grenelle, Edouard Philippe, Premier ministre, a d'ores et déjà annoncé 10 mesures d'urgence pour mieux protéger les victimes, prévenir les violences et punir leurs auteurs : 1 000 nouvelles places d’hébergement et de logement temporaires à partir du 1er janvier 2020 ; accès des femmes victimes de violences à la garantie Visale ; lancement d’une plateforme de géolocalisation à destination des professionnels afin d’identifier rapidement les places d’hébergement réservé disponibles à proximité ; mise en place d’un dispositif électronique anti-rapprochement dans les 48 heures après le prononcé de la mesure dans le cadre d’une ordonnance de protection ou d’un contrôle judiciaire ; lancement d’un audit de 400 commissariats et gendarmeries ; mise en place d’une grille d’évaluation du danger dans tous les services de police et de gendarmerie ; généralisation de la possibilité de déposer plainte dans les hôpitaux ; mise en place d’un « retex » au niveau local suite à un féminicide ; possibilité pour le juge pénal de suspendre ou d’aménager l’exercice de l’autorité parentale ; suspension de plein droit de l’autorité parentale en cas de féminicide dès la phase d’enquête ou d’instruction. (03/09/2019)


 

31 femmes yézidies victimes de Daech accueillies en France

PARISLa France accueille ce jeudi 31 femmes yézidies victimes de Daech accompagnées de leurs enfants. Un vol en provenance d’Erbil organisé par l’Organisation internationale pour les migrations et financé par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères s’est posé en début de journée à l’aéroport de Toulouse-Blagnac (photo/toulouse.aeroport.fr). L’accueil de ce nouveau groupe s’inscrit dans la continuité des deux opérations déjà coordonnées par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, en lien avec les services du ministère de l’Intérieur, et qui ont permis d’accueillir 16 familles le 19 décembre 2018 et 28 familles le 22 mai 2019. Il répond à l’engagement du Président de la République auprès de Nadia Murad, prix Nobel de la paix 2018, à accueillir sur le territoire français cent familles yézidies victimes des crimes commis par Daech. Ces femmes, particulièrement éprouvées par les exactions de l’organisation terroriste, sont prises en charge dans différents départements français. Grâce au concours de plusieurs services de l’État, la France leur assure protection, sécurité, éducation et accompagnement médico-social. Cette démarche témoigne de la volonté renouvelée de la France de mettre en place, en lien avec les autorités irakiennes, des facilités pour l’accueil des victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient. Parallèlement, la France mène des actions auprès de ces populations en Irak pour rétablir des conditions de vie favorables sur place et participer à la reconstruction des territoires libérés de l’emprise de Daech. (08/08/019)


 

Infractions routières en Europe : des poursuites sont possibles

PARIS. Excès de vitesse, franchissement d’un feu rouge, usage du téléphone portable… même commises à l’étranger, ces infractions (photo/interieur.gouv.fr) sont passibles de sanctions. Au sein de l'Union européenne (UE), chaque pays dispose de son propre code de la route. En cas d'infraction dans un pays étranger, vous risquez les mêmes sanctions que celles qui s'appliquent aux conducteurs du pays concerné. Aussi, des échanges transfrontaliers permettent de lutter contre l'insécurité routière de manière coordonnée. L’objectif est d’assurer l’égalité de traitement entre conducteurs français et étrangers, quel que soit le lieu d’immatriculation du véhicule. C’est désormais possible grâce à l’adoption le 11 mars 2015 d’une directive européenne external link facilitant l'échange transfrontalier d'informations concernant les infractions en matière de sécurité routière. Des poursuites transfrontalières sont possibles pour 8 infractions : excès de vitesse ; non-port de la ceinture de sécurité ; franchissement d'un feu rouge ; conduite en état d'ivresse ; conduite sous l'influence de drogues ; non-port du casque ; circulation sur une voie interdite ; usage d'un téléphone portable (ou de tout autre équipement de communication) en conduisant. Selon le pays et l'infraction commise, vous risquez notamment les sanctions suivantes : paiement immédiat d'une amende ; obligation de déposer une caution ; rétention ou suspension du permis ; immobilisation du véhicule ; mise en fourrière du véhicule. Si vous commettez une infraction sans être interpellé sur place, un courrier est adressé à votre domicile vous informant de l'infraction commise et de la sanction correspondante. La France pratique des échanges transfrontaliers d’informations avec 19 pays de l’Union européenne : la République d’Irlande, la Suède, la Belgique, l’Espagne, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Pologne, le Royaume-Uni, la Roumanie, l’Italie, le Grand-Duché du Luxembourg, l’Autriche, la Hongrie, la Slovaquie, la République tchèque, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et le Portugal. Parallèlement, elle échange également des informations de même nature avec la Suisse, sur la base d’un accord bilatéral spécifique. (08/08/2019)


 

Météo France place 20 départements en vigilance rouge "canicule"

PARIS. Ce matin, les températures observées étaient particulièrement élevées dans les départements en vigilance orange, comprises entre 20 et 26 degrés. Plusieurs stations de mesure du nord du pays ont même connu leur nuit la plus chaude depuis le début des mesures. Météo France a placé 20 départements en vigilance rouge "canicule" : Aisne, Aube, Eure, Eure-et-Loir, Loiret, Marne, Nord, Oise, Pas-de-Calais, Paris et petite couronne, Seine-Maritime, Seine-et-Marne, Yvelines, Somme, Yonne, Essonne et Val-d'Oise. 60 autres départements restaient placés en vigilance orange "canicule". A 15 heures, on observait des températures très élevées sur les départements en vigilance orange et rouge, généralement comprises entre 35 et 40 degrés avec même quelques valeurs jusqu'à 41 degrés dans le Centre, en Bourgogne et en Champagne. Cet après-midi les températures maximales ont été généralement semblables à celles d'hier avec des valeurs souvent entre 36 et 42 degrés. A noter qu'elles ont été en hausse par rapport à mardi sur le flanc nord-est du pays.  Jeudi sera la journée la plus chaude de l'épisode sur le nord du pays avec dès le matin des températures minimales encore plus chaudes que mercredi tandis que des températures maximales supérieures à 40°C seront observées encore sur un grand quart nord-est du pays. Par ailleurs sur les départements en vigilance rouge canicule, on pourra même battre des records absolus avec des valeurs de 42 à 43 degrés du Centre vers l'Ile-de-France et la Champagne et 40 à 41 degrés plus au nord. Sur la moitié sud du pays, les valeurs maximales seront plutôt stationnaires ou en légère baisse par rapport à mercredi dans une fourchette de 36 à 40 degrés. La moyenne des températures à l'échelle de la France pour cette journée pourrait alors égaler la valeur la plus haute atteinte lors de la canicule de 2003. Vendredi, les températures chuteront de façon spectaculaire sur l'ouest de la France, en liaison avec une dégradation orageuse, tandis que la chaleur résistera à l'est. Il faudra attendre samedi pour voir la fin de cet épisode caniculaire en toute région. On peut noter que cette situation est associée également à une forte sécheresse et à une pollution à l'ozone. (24/07/19)



 

La canicule est de retour pour la semaine avec des températures prévues de 42° C

PARIS. Après la vague de chaleur exceptionnellement précoce et intense que la France a connu fin juin, un nouvel épisode caniculaire s'installe sur le pays. Il va faire à nouveau très chaud sur la France cette semaine, dans un flux d'air chaud remontant de la péninsule ibérique. Cette masse d'air caniculaire s'étendra à l'ensemble du territoire. Ce lundi, Météo France a placé 52 départements en vigilance orange "canicule". Les températures maximales vont gagner une dizaine de degrés par rapport à la veille sur le sud-ouest. La masse d'air chaude et sèche à l'origine de cette hausse spectaculaire du mercure remontera peu à peu vers le nord. La canicule touchera rapidement de nombreuses régions. Les températures pourraient atteindre des niveaux record, jamais enregistrés tous mois confondus. Des records absolus de températures sont menacés dans plusieurs villes de France. On attend ainsi 42 °C à Bordeaux mardi, 41 °C à Lyon jeudi… Dès mardi les minimales seront le plus souvent comprises entre 20 et 25 °C, tandis que les maximales seront comprises entre 36 et 42 °C.  L'air très chaud venu du sud-ouest gagnera jusqu'à l'extrême nord du pays entre mercredi et jeudi. Les températures pourraient dépasser mardi les 40 °C dans la vallée de la Loire, voire les dépasser mercredi et surtout jeudi où on prévoit 41 °C à Paris alors qu'au plus chaud de l'épisode du début d’été on n'avait atteint que 36,5 °C le samedi 29 juin. Les valeurs maximales atteindront les 41/42 °C, même si une pointe très locale à 43 °C n'est pas complètement à exclure. Ces températures devraient commencer à baisser significativement vendredi par l'ouest du pays. Le recensement des vagues de chaleur en France depuis 1947 montre que ces épisodes ont été plus fréquents depuis 1980, en cohérence avec l'accélération du réchauffement moyen observé sur la période. Ainsi, on a recensé beaucoup plus d'épisodes entre 1981 et 2015 que sur de la période 1947-1980, de durée équivalente. (22/07/2019)

 

Pour la première fois quatre départements en vigilance rouge "canicule"

PARIS. Du 25 au 30 juin, une vague de chaleur précoce et d'une intensité exceptionnelle s'est installée sur la quasi-totalité du pays. Des records absolus de températures tous mois confondus ont été enregistrés en plaine et en montagne. La cause est un puissant système dépressionnaire qui s'est mis en place sur le proche Atlantique à partir du dimanche 23 juin. Il est resté quasiment stationnaire pendant plus de 5 jours. En bordure est de cette dépression, le flux de sud s'est accéléré et a favorisé la remontée d'air très chaud depuis l'Afrique. Ainsi sur la France, la température à 1 500 mètres a dépassé 24°C, 28°C dans le sud. De telles valeurs sont exceptionnelles. Le 27 a été la journée la plus chaude enregistrée pour un mois de juin sur la période 1900-2019 avec une température moyenne sur la France de 27°9C, soit +8,6°C au-dessus de la normale. Les après-midi du 26, 27 et 29 juin ont atteint un niveau exceptionnel de chaleur à l'échelle du territoire : l'indicateur de température maximale a égalé ou dépassé la valeur de 35°C, ce qui n'était arrivé que 17 fois auparavant depuis l'après-guerre, tous mois confondus, dont 11 fois durant la canicule de 2003. Ces trois après-midi ont été les plus chaudes à l'échelle du pays depuis la canicule d'août 2003. Pour la première fois depuis la création de cette vigilance en 2004, quatre départements ont été placés en vigilance rouge « canicule » le 27 juin par Météo France : Hérault, Gard, Vaucluse et Bouches-du-Rhône. Le 28, sur le sud-est, les températures maximales ont souvent atteint 42 à 44 °C sur l'Hérault, le Gard, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône et plus localement sur le Var et les Pyrénées-Orientales. Le record absolu de 44°1 C enregistré en août 2003 dans le Gard a été battu sur plusieurs postes. Le nouveau record absolu de chaleur sur la France métropolitaine est désormais détenu par la commune héraultaise de Vérargues avec une température de 46°C enregistré le 28 juin. 60 % des stations du réseau principal de Météo-France ont  battu ou égalé leur record mensuel de chaleur durant cette canicule et 23 % des stations du réseau ont battu leur record absolu, parfois de très loin comme Montpellier avec 43,5 °C (ancien record de 37,7°C), Sète ou Carpentras. Certaines villes n'avaient jamais connu de nuits aussi chaudes depuis le début des mesures. (02/07/2019)


 

Le Service National Universel lancé dans 13 départements

PARIS. Le Service national universel (SNU), est lancé. 2 000 jeunes filles et garçons, âgés de 15 à 16 ans se sont portés volontaires pour participer à la première phase de cohésion, dans les 13 départements pilotes (photo/gouvernement.fr). Le Gouvernement précise : "Le SNU propose aux jeunes Français, filles et garçons, un moment de cohésion visant à recréer le socle d’un creuset républicain et transmettre le goût de l’engagement. Il vise à impliquer davantage la jeunesse française dans la vie de la Nation, promouvoir la notion d’engagement et favoriser un sentiment d’unité nationale autour de valeurs communes. Le SNU n’est pas le rétablissement du service militaire, suspendu en 1997. Les objectifs assignés au SNU sont au nombre de trois : cohésion sociale et territoriale ; prise de conscience, par chaque génération, des enjeux de la défense et de la sécurité nationale ; développement de la culture de l’engagement. Le SNU doit favoriser le brassage social et territorial et permettre à chaque jeune d’être acteur de sa citoyenneté. Il s’agit de construire un projet de société qui vise à la transformer en impliquant les jeunes générations. Ces dernières seront à la fois les bénéficiaires et, en partie, les organisateurs de ce projet. Sa conception est donc collective. Une large place est accordée à l’innovation pour rendre ce dispositif attractif, et qu’il puisse donner lieu à une réelle reconnaissance de l’engagement. Il ne saurait, enfin, être question de définir un parcours rigide et obligatoire, qui ne répondrait ni aux objectifs des Pouvoirs publics ni aux attentes de la jeunesse. La première phase du SNU, dans le prolongement de l’obligation scolaire, constitue l’aboutissement du parcours citoyen, débuté à l’école primaire et poursuivi au collège. Effectuée aux alentours de 16 ans, elle est d’une durée d’un mois maximum et comporte une période d’hébergement collectif. Vécue par une classe d'âge entière quels qu'en soient l’origine, le sexe, le milieu ou le territoire, cette phase comprend une occasion de vie collective permettant à chaque jeune de créer des liens nouveaux, d’apprendre une façon neuve de vivre en commun, de développer sa culture d’engagement pour affermir sa place et son rôle au sein de la société. Elle est aussi l’occasion de détecter les difficultés de certains jeunes et d’y remédier par une orientation vers les dispositifs adaptés. Dans un second temps, chaque jeune est encouragé, notamment par des mesures d’attractivité variées et ciblées, à poursuivre volontairement une période d’engagement d’une durée d’au moins trois mois, liée à la défense et la sécurité, à l'accompagnement des personnes, à la préservation du patrimoine ou de l'environnement ou encore au tutorat, sans que cette liste soit limitative. L’offre des différentes opportunités d’engagements, civils ou militaires, intègre les volontariats existants et des propositions nouvelles, y compris celles qui émanent des jeunes eux-mêmes". (17/06/2019)7/06/19)


 

Le pape François formule des voeux de paix pour les régions en conflit

ROME (Italie). Après avoir célébré la messe de Pâques place Saint-Pierre (photo/twwitter.com/vaticannews_fr), le Pape François a donné la traditionnelle bénédiction Urbi et Orbi. Il a demandé paix, lumière et réconfort pour le monde et tout particulièrement pour les régions et les pays en guerre. Le Saint-Père a souhaité d’abord  adresser à tous les premières paroles de la récente Exhortation apostolique consacrée aux jeunes, et intitulée Christus vivit :  « Il vit, le Christ, notre espérance et il est la plus belle jeunesse de ce monde. Quand tu te sens vieilli par la tristesse, les rancœurs, les peurs, les doutes ou les échecs, il sera toujours là pour te redonner force et espérance ». Et le Pape d’affirmer: « La Résurrection du Christ est le début d’une vie nouvelle pour chaque homme et chaque femme, parce que le vrai renouvellement part toujours du cœur, de la conscience. Mais Pâques est aussi le début du monde nouveau, libéré de l’esclavage du péché et de la mort », avant d’énumérer ses vœux pour différentes régions du monde. « Que la lumière du visage de Ressuscité soit espérance pour le bien-aimé peuple syrien, victime d’un conflit qui perdure, et qui risque de nous trouver toujours davantage résignés et même indifférents ». Le Pape argentin a appelé de ses vœux l’engagement de la communauté internationale pour une solution politique qui réponde aux justes aspirations de liberté, de paix et de justice : « Pâques nous porte à tourner le regard vers le Moyen-Orient, déchiré par des divisions et des tensions continues. Que les chrétiens dans la région, avec une persévérance patiente, témoignent du Seigneur ressuscité et de la victoire de la vie sur la mort ». Le pape a eu une pensée pour la population du Yémen, « en particulier pour les enfants épuisés par la faim et la guerre » et le souverain pontife de souligner : « Que la lumière pascale éclaire tous les gouvernants et tous les peuples du Moyen-Orient, à commencer par les Israéliens et les Palestiniens, et les incite à soulager tant de souffrances et à poursuivre un avenir de paix et de stabilité ». Et de poursuivre : « Que les armes cessent d’ensanglanter la Libye où, de nouveau, des personnes sans défense meurent ces dernières semaines et où de nombreuses familles sont contraintes à quitter leurs propres maisons ». Le Souverain pontife s’est ensuite exprimé sur l’insécurité grandissante au Burkina Faso, au Mali, au Niger, au Nigéria et au Cameroun. Il a déclaré : « Ma pensée va également au Soudan, qui traverse un moment d’incertitude politique et où je souhaite que toutes les instances puissent s’exprimer et que chacun s’efforce de permettre au pays de trouver la liberté, le développement et le bien-être auxquels il aspire depuis longtemps ». Enfin, le Pape François a évoqué l’Ukraine, pour que « Pâques apporte réconfort aux populations des régions orientales du pays, qui continuent de souffrir du conflit encore en cours ». Le Saint-Père a conclu son traditionnel message par l’Amérique latine : « Je pense en particulier au peuple vénézuélien, à beaucoup de personnes privées des conditions minimales pour mener une vie digne et sûre, à cause d’une crise qui perdure et s’approfondit. Que le Seigneur donne à ceux qui ont des responsabilités politiques d’œuvrer pour mettre fin aux injustices sociales, aux abus ainsi qu’aux violences et de faire des pas concrets permettant de guérir les divisions et d’offrir à la population les aides dont elle a besoin ». Il a terminé avec un mot pour le Nicaragua, « souhaitant qu’une solution pacifique et négociée soit trouvée à la crise socio-politique qui agite le pays depuis un an ». Après la bénédiction Urbi et Orbi, le Souverain pontife a exprimé sa douleur après les « graves attentats » survenus ce dimanche au Sri Lanka. (source Vatican News)(21/04/2019)

En bref

ELECTRICITE. Les tarifs réglementés de vente de l’électricité augmentent à partir du 1er juin de +5,9%, conformément à la délibération de la Commission de Régulation de l’Energie. (01/06/2019)

POSTE. La Poste procédera à des ajustements tarifaires le 1er janvier 2020. Les tarifs courrier augmenteront de 4,7 % en moyenne. La lettre verte, économique et écologique, est devenue la principale référence des particuliers pour leurs envois ordinaires (près de 65 % de leurs envois). Pour tenir compte des usages de ses clients, La Poste a décidé de renforcer l’avantage tarifaire proposé par la lettre verte qui est porté à 19 centimes par rapport à la lettre prioritaire, contre 17 centimes actuellement. Le prix de la lettre verte passera donc de 0,88€ à 0,97€ tandis que le timbre prioritaire passera de 1,05€ à 1,16€. Le prix de la lettre Internationale de 0 à 20g sera de 1,40€. Le tarif grand public du Colissimo France de moins de 250g restera au même prix qu’en 2019, soit 4,95€. (25/07/19)

RELIGION. Après la consultation des données astronomiques fournies par les Observatoires de Paris et de Belgique ainsi que celles recueillies auprès des pays musulmans, l’ensemble des présidents des fédérations musulmanes de France, a décidé que le premier jour du Ramadhan est fixé au lundi 6 mai 2019. (04/05/2019)
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com