Le Quotidien du Midi


 

Condamné à six mois de prison avec sursis, Mgr Philippe Barbarin fait appel

LYON (Rhône). Le cardinal Philippe Barbarin, 68 ans, a été condamné ce matin par le tribunal correctionnel de Lyon à six mois de prison avec sursis pour la non-dénonciation d’agressions sexuelles commises, sur un mineur de 15 ans, par un prêtre de son diocèse (photo/lyon.catholique.fr). Le cardinal n’était pas présent à l’annonce du délibéré. La présidente du tribunal l'a « déclaré coupable de non-dénonciation de mauvais traitements » envers un mineur entre 2014 et 2015. Les avocats du cardinal Philippe Barbarin ont annoncé faire appel de cette condamnation. Pour les cinq autres prévenus, le tribunal a considéré que les faits n’étaient pas constitués ou prescrits et n'a donc pas prononcé de condamnation à leur encontre. Les six mis en cause étaient poursuivis pour « non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans ». Lors d’une conférence de presse donnée à la Maison diocésaine de Lyon, à la mi journée, Mgr Philippe Barbarin a dit qu’il allait démissionner. Il a souligné : « Je prends acte de la décision du tribunal. Indépendamment de mon sort personnel, je tiens à redire ma compassion pour les victimes et toute la place qu’elles et leurs familles gardent dans ma prière. J’ai décidé d’aller voir le Saint-Père pour lui remettre ma démission. Il me recevra dans quelques jours ». Les parties civiles reprochaient à Mgr Philippe Barbarin de ne pas avoir alerté la justice alors qu’il était au courant du passé pédophile du prêtre. Lors du procès, en janvier dernier, la procureure n’avait pas requis de condamnation à l’encontre de l’archevêque de Lyon.  Dans un communiqué, « la Conférence des Evêques de France prend acte de la décision de justice rendue aujourd’hui à l‘encontre du cardinal Barbarin pour non dénonciation. Elle ne commentera pas cette décision. La Conférence des Evêques de France rappelle que, comme tout citoyen français, le cardinal Barbarin a le droit d’utiliser les voies de recours à sa disposition. C’est ce qu’il a fait et nous attendons l’issue de cette nouvelle procédure. Quant à sa décision de présenter sa démission au Pape François, elle relève de sa conscience personnelle. Elle aussi n’appelle pas de commentaire de la part de la Conférence des Evêques de France. Il appartiendra au Pape de lui donner la suite qu’il jugera opportune. La Conférence des Evêques de France réaffirme sa volonté de lutter avec détermination contre toutes les agressions sexuelles commises par des clercs sur des mineurs. Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et Président de la Conférence des Evêques de France, a eu l’occasion d’assurer le Cardinal Barbarin de sa prière pour lui et le diocèse de Lyon ». (07/03/19)

 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com