Le Quotidien du Midi


 

693 kg de cannabis saisis sur l'A9 par les douaniers de Nîmes

NIMES (Gard). Ce vendredi, vers 2 h 30, les agents de la brigade des douanes de Nîmes en contrôle sur l’autoroute A9 dans le sens Sud-Nord interceptent un poids-lourd avec une remorque frigorifique immatriculé en Espagne et à destination de l’Allemagne et décident de procéder à son contrôle sur une aire de repos (photo/douane.gouv.fr). Le chauffeur, de nationalité néerlandaise, présente les documents couvrant le transport de la marchandise. Une première inspection permet aux agents de constater que la marchandise transportée n’est pas réfrigérée et que le dispositif frigorifique est à l’arrêt. La marchandise est constituée de 30 palettes de bocaux et conserves. Les agents décident d’engager le chien anti-stupéfiants qui marque un vif intérêt pour la rangée centrale de palettes malgré une forte odeur de détergent. Les investigations approfondies du véhicule permettent de découvrir de l’herbe de cannabis au milieu des marchandises. Afin de procéder à des investigations complémentaires, l’ensemble routier est transféré au siège de la brigade. A l’issue du déchargement, ils découvrent 684,3 kg d’herbe de cannabis et 7,8 kg de résine de cannabis. (07/11/2019)


Agression au couteau à la Préfecture de Police de Paris : 5 morts

PARIS. La Préfecture de Police de Paris (photo/facebook.com/prefecturedepolice), l’un des lieux les plus sécurisés de la capitale, a été ce jeudi, le théâtre d’une tuerie. Un membre du personnel qui faisait partie du service informatique de la Direction du Renseignement de la Préfecture de Police, employé depuis une vingtaine d’années, a tué, à l’arme blanche, dans l’enceinte de l’établissement, trois policiers et un agent administratif. Il a été abattu, dans la cour de la Préfecture, par un membre des forces de l’ordre qui lui aurait ordonné de lâcher son arme, ce qu’il aurait refusé de faire. La scène s’est déroulée à la mi-journée, au premier étage du bâtiment situé près de Notre-Dame. L’assaillant était armé d’un couteau en céramique, indétectable par les portiques. De source syndicale, il aurait d’abord tué trois policiers de la Direction du renseignement puis agressé deux femmes croisées dans l’escalier dont une est décédée et l’autre grièvement blessée. Emmanuel Macron, président de la République ; Edouard Philippe, Premier ministre ; Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur ; Anne Hidalgo, maire de Paris, se sont rendus sur les lieux. Le domicile de l’auteur des fait, Gonesse ( Val-d’Oise) a été perquisitionné et la femme du tueur placée en garde à vue. Une enquête a été ouverte pour « homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique » et « tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique » a déclaré le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz. Le ministre de l’Intérieur a indiqué que l’assaillant n’avait « jamais présenté de difficulté de comportement ». (03/10/2019)


 

Des maires interpellent le Premier ministre suite à l'incendie de l'usine Lubrizol

ROUEN (Seine-Maritime). Plus de cent maires et élus, à Rouen et en Saint-Maritime, ont adressé ce mercredi une lettre à Edouard Philippe dans laquelle ils interpellent le Premier ministre suite à l’incendie de l’entreprise Lubrizol qui fabrique des additifs pour lubrifiants (photo/twitter.com/Sdis76) . Extraits : « Monsieur le Premier ministre, à Rouen, près de cinq jours se sont écoulés depuis  ce qu’il faut bien appeler l’une des pires  catastrophes industrielles en France après AZF en 2001 : l’incendie d’une zone de stockage de  l’entreprise Lubrizol, qui a généré un panache de  fumée noire de plusieurs dizaines de  kilomètres. Une véritable « marée noire sur terre » s’est abattue sur la Normandie et bien au- delà.  Devant les peurs, angoisses et questionnements bien légitimes de nos concitoyens, nous  devons collectivement apporter une réponse rapide,  claire, utile et efficace. C’est pourquoi  nous vous demandons de bien vouloir engager le Gouvernement et l’Etat sur les quatre points concrets suivants : 1-La transparence : conformément à l’Article 7 de l a Charte de l’Environnement telle que  référencée dans le préambule de la Constitution fra nçaise, « Toute personne a le droit (...) d'accéder aux informations relatives à l'environnement détenues par les autorités publiques  (...). ». Comme vous vous y êtes engagé dimanche, et  nous vous en remercions, cette  transparence doit être « totale ». Elle doit non seulement viser la nature exacte de ce qui a  brûlé, mais aussi la composition des polluants émis dans l’atmosphère, les sols, leur quantité,  leur dangerosité. Et bien sûr, les circonstances et les causes de l’incendie (…) 2-Le suivi médical : il paraît avéré que le panache de fumée contenait des particules (résidus  d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), métaux lourds notamment) aux propriétés  toxiques. Nous demandons qu’un registre de suivi médical, à court mais aussi à plus long  terme, des personnes qui ont inhalé les fumées soit immédiatement mis en place par les services de l’Etat.  3-La reconnaissance de l’état de catastrophe technologique : conformément à l’Article L. 128 du Code de l’Assurance, cette reconnaissance doit être prise par décret au Journal Officiel dans les quinze jours suivant l’accident. Elle permet d’ouvrir pour les particuliers les droits à prise en charge, au titre des contrats d’assurance  multirisques habitations, des frais de dépollution/nettoyage des jardins, voitures, maisons etc. Nombreux sont nos concitoyens qui attendent l’ouverture de leurs droits. Il y a urgence. L’indemnisation immédiate des agriculteurs des 112 communes impactées par l’arrêté préfectoral leur interdisant récoltes, collecte du lait..., mais aussi des commerçants impactés, doit également être mise en place. 4-La réparation rapide des dommages causés à l’environnement. Dans le cas d’AZF, la procédure pénale est toujours en cours alors que l’accident a eu lieu en 2001. Nous Rouennais, Normands, ne pouvons pas attendre vingt ans. Nous vous demandons d’ordonner au Préfet d’exercer dès maintenant ses prérogatives de police administrative de l’environnement, au titre de l’Article L. 161 du Code de l’Environnement, afin que les atteintes à l’environnement manifestement causées par l’incendie (pollutions de l’air, des sols...) soient officiellement reconnues, évaluées, quantifiées et que les responsables, qui seront déterminés dans le cadre de la procédure, mettent rapidement en œuvre, à leurs frais, des mesures de réparation. La procédure prévue dans ce cadre juridique permettra notamment que les mesures de réparation envisagées soient soumises aux collectivités territoriales, aux élus locaux, aux associations de protection de l’environnement, au grand public. Elle permettra aussi, sans attendre l’issue de la procédure pénale, que l’autorité de police administrative prescrive très rapidement les mesures de réparation appropriées et impose leur mise en œuvre. Vous le savez, la catastrophe Lubrizol n’est pas un incident local. C’est une catastrophe technologique, économique et écologique d’ampleur nationale, qui doit être traitée comme telle. Les conséquences, non seulement en termes sanitaires, écologiques mais aussi en terme d’image, d’attractivité et de rayonnement, peuvent être de long terme. Nous savons votre attachement à Rouen, à la Normandie. Les revendications que nous portons sont partagées par une multitude d’élus locaux, de tous bords, et de dizaines de milliers de nos concitoyens. Nous espérons que vous saurez accéder rapidement à notre demande, car elle est d’intérêt général. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de notre haute considération ». (02/10/2019)


 

Un incendie ravage l'usine Lubrizol qui fabrique des additifs pour lubrifiants

ROUEN (Seine-Maritime). Un incendie s'est déclaré ce jeudi aux alentours de 2 h 40 au sein de l'entreprise Lubrizol, classée Seveso seuil haut et située quai de France photo/twitter.com/Prefet76). Elle fabrique et distribue des additifs pour lubrifiants. Pierre-André Durand, préfet de la Seine-Maritime, a aussitôt déclenché le Plan Particulier d'Intervention (PPI) et a ouvert un Centre opérationnel départemental en préfecture où l'ensemble des services de l’État sont regroupés pour gérer l'événement. Ce matin, à 9 h 00, par mesure de précaution et même si au vu des premières analyses il n’est pas mesuré de toxicité aiguë dans l’air, la Préfecture conseille, dans l’attente du résultat actualisé des mesures de qualité de l’air sur les principales molécules, d’éviter dans l’agglomération de Rouen les déplacements non indispensables. Les établissements scolaires (écoles , collèges, lycées) ainsi que les crèches sont fermés sur les communes suivantes : Rouen rive-droite, Bois-Guillaume, Mont-Saint-Aignan, Isneauville, Quincampoix, Saint-Georges-sur-Fontaine, Saint-André-sur-Cailly, La Rue-Saint-Pierre, Saint-Germain-sous-Cailly, Cailly, Bosc-Guérard-Saint-Adrien, Canteleu, Bihorel. 200 sapeurs-pompiers sont engagés pour le moment. Des renforts sont attendus. Le Centre d’Information au Public (CIP) de la Préfecture a enregistré à 15 h00 plus de 1 200 appels. A 17 h 30, l’incendie était maîtrisé. Il a mobilisé 240 sapeurs-pompiers, 90 policiers, 46 gendarmes, 50 véhicules. A la suite de l’incendie, le panache de fumée qui s’est constitué de plusieurs kilomètres de long, a généré par endroit des dépôts de suie et de poussières. Les écoles fermées ce jour demeureront fermées vendredi 27 septembre. De même, Les EPAHD et crèches feront encore l’objet de mises à l’abri. (26/09/2019)
 

104 kg d'ecstasy représentant 287 000 cachets saisis Nancy

NANCY (Meurthe-et-Moselle). Les douaniers de Nancy ont saisi 104 kilos d’ecstasy représentant 287 000 cachets (photo/douane.gouv.fr). Il s’agit de la plus importante saisie de cette drogue par les services douaniers depuis le début de l’année 2019. Le 10 septembre dernier, à 16 h 45, alors qu’ils effectuaient un contrôle sur l’autoroute A31 sur l’axe Nancy-Dijon, les agents de la brigade des douanes de Nancy décident de procéder au contrôle d’une voiture, immatriculée en Espagne. Le conducteur, seul à bord, déclare revenir d’Amsterdam et retourner chez lui à Barcelone. La fouille du véhicule permet la découverte d’une planche en bois recouvrant le fond du coffre. Après l’avoir ôtée, les agents découvrent une cache dans laquelle est dissimulée une grande quantité de cachets de couleurs variées, et présentant des illustrations publicitaires ou ludiques pouvant d’ailleurs les faire passer pour des bonbons. Les douaniers poursuivent leurs investigations et découvrent une deuxième cache aménagée sous la banquette du véhicule, accessible cette fois grâce à une télécommande trouvée dans la boîte à gants. Là encore, une grande quantité de cachets est trouvée. Le chauffeur, un homme de nationalité marocaine âgé de 34 ans, a été confié aux services de police après la retenue douanière sur instruction du Procureur de la République de Nancy. Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics a déclaré : « Je félicite les douaniers de Nancy pour cette saisie d’ecstasy, qui représente en une seule prise, l’équivalent du quart des quantités de cette drogue interceptées par la douane l’an dernier. C’est un manque à gagner de près de 3 millions d’euros pour l’organisation criminelle qui a commandité sa fabrication et son acheminement. C’est aussi un danger évité pour nos concitoyens. Je remercie la douane pour sa vigilance au service de la protection de notre territoire et de nos concitoyens ». En 2018, la douane française a intercepté 1,2 millions de doses d’ecstasy, des prises en augmentation de près de 42 % par rapport aux quantités saisies en 2017 (848 839 doses). (16/09/2019)


 

Près de 1,3 tonne de pollen de cannabis saisie à Tours

TOURS (Indre-et-Loire). Le 9 septembre, vers 16 heures, les agents de la brigade des douanes de Tours en mission sur l’autoroute A10 dans le sens Sud-Nord procèdent au contrôle des poids lourd stationnés sur une aire de repos (photo/douane.gouv.fr). Accompagnés de l’équipe cynophile, les agents décident d’examiner un camion immatriculé en Espagne autour duquel le chien anti-stupéfiants Like marque un intérêt particulier. Le chauffeur, de nationalité espagnole, présente des documents couvrant le transport d’un matériel industriel, une presse à carton d’un poids de 7 tonnes destinée à une société allemande. A l’ouverture du chargement, les douaniers constatent la présence d’une benne et d’une machine outil sanglée et soudée au plancher, qui semble vétuste mais fraîchement repeinte, sur laquelle le chien se précipite. Le déboulonnage d’une porte latérale laisse apparaître des gravats et des seringues usagées alors que le chien Like effectue un marquage net sur le plancher de la machine. Les agents décident du transfert de l’ensemble routier à la brigade afin de procéder à des investigations complémentaires. A l’issue des opérations de démontage, ils découvrent dans la machine plusieurs paquets sous cellophanes enrobés de scotch brun à l’intérieur desquels se trouvent 1 240 kilos de pollen de cannabis conditionnés sous forme de savonnettes représentant  12 millions d’euros. Le chauffeur et les stupéfiants ont été remis au service régional de la police judiciaire d’Orléans sur instruction du Parquet d’Orléans qui va ouvrir une information judiciaire dans les prochains jours. Le 14 janvier 2019, la même brigade avait procédé à la saisie de 1,2 tonnes de pollen dans des circonstances similaires. En deux prises cette année, ils ont ainsi réalisé près d’un tiers des saisies de pollen de cannabis interceptées l’année dernière. En 2018, la douane française a saisi 63,9 tonnes de cannabis sur le territoire national dont 8,65t de pollen de cannabis (+527 % par rapport à 2017). (12/09/2019)


 

Les douaniers de Dunkerque saisissent près de 9 tonnes de tabac de contrebande

DUNKERQUE (Nord). Les douaniers de Dunkerque ont saisi 8,7 tonnes de tabac (photo/douane.gouv.fr) .Jeudi dernier, à l’occasion de leur contrôle sur le terminal Ferry, les agents de la brigade des douanes de Dunkerque décident d’intercepter un poids-lourd. Le chauffeur déclare avoir un doute sur le contenu de son chargement. Si les documents de transport indiquaient une cargaison de dalle pour plafond à destination du Royaume-uni, l’examen des cartons permet aux douaniers de découvrir des cigarettes de marque NZ, portant des vignettes fiscales biélorusses. Au total, 8,793 tonnes de cigarettes réparties dans 33 palettes, soit l’intégralité du chargement, ont été découvertes. Aucun justificatif n’ayant pu être fourni, ces cigarettes de contrebande ont été saisies par les douaniers. Cette saisie vient après celle de 6 tonnes en juin par la brigade de Calais et de 2,24 tonnes au tunnel sous la Manche en juillet. (10/09/2019)


 

Plus de 13 000 policiers et gendarmes mobilisés pour le G7

PARIS. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner (photo/interieur.gouv.fr), a présenté ce mardi le dispositif de sécurité mis en place dans le cadre du Sommet du G7 qui se déroulera du 24 au 26 août à Biarritz. En 2019, Biarritz a été choisie pour accueillir le Sommet du G7. Ville ouverte sur l’Europe et sur le monde, Biarritz se situe dans une région à l’identité forte caractérisant ainsi la France dans sa diversité et dans sa dimension historique. Ce Sommet portera les enjeux majeurs choisis par la France et notamment la lutte contre les inégalités. Pour assurer le bon déroulement de cet événement, un dispositif de sécurité d’envergure a été présenté par le ministre de l’Intérieur. Trois missions principales pour les forces de sécurité : assurer la sécurité des délégations participant au G7 ; garantir l'ordre public notamment dans le cadre du contre-sommet qui doit pouvoir se dérouler dans de bonnes conditions de sécurité ; limiter l'impact sur la vie quotidienne des commerçants et habitants. L’objectif est de garantir une sécurité maximale avec le minimum de désagréments. Ainsi, 13 200 policiers et gendarmes épaulés par des forces militaires seront présents pour assurer la sécurité de l’événement. La coordination avec des forces de sécurité étrangères et notamment la Guardia civil espagnole permet d’assurer une coopération efficace en matière de renseignement et de contrôle aux frontières. La cybersécurité est également au cœur de la protection du Sommet. Les secours et professionnels de santé seront également fortement mobilisés. Ce sont plus de 400 sapeurs-pompiers et 13 équipes de services d’urgence qui sont engagés ainsi que de nombreuses associations de protection civile. Ce dispositif ambitieux est déployé afin que le Sommet se tienne dans les meilleures conditions possibles en se concentrant sur les thèmes majeurs au programme, à savoir la lutte contre les inégalités, la préservation de l'environnement et la coopération dans la lutte contre le risque terroriste. (20/08/2019)
 

Plus d'une tonne de cocoaïne saisie dans un terminal du port du Havre

LE HAVRE (Seine-Maritime). Les douaniers de la direction du Havre et de la Direction Nationale du Renseignement et des Enquêtes douanières (DNRED), ont saisi plus d’une tonne de cocaïne (photo/douane.gouv.fr) dans la nuit de lundi à mardi. La valeur de cette prise est estimée à environ 74 millions d’euros sur le marché illicite de la revente des stupéfiants. Suite à un ciblage réalisé par des agents des douanes du Havre, les agents de la DNRED sont intervenus en urgence dans la nuit, dans l’un des terminaux du port du Havre, afin de contrôler un chargement de cœurs de palmier en provenance d'Equateur (Quito) via le port d’Anvers. Ce contrôle a permis de découvrir dans le chargement, 15 ballots de toile de jute renfermant la drogue qui y avaient été introduits clandestinement selon la technique du « rip-off ». Au total, 1 066,5 kg de cocaïne ont été extraits du chargement. L'antenne de police judiciaire du Havre a été saisie de l’enquête pénale par le Parquet de la Juridiction Inter Régionale Spécialisée (JIRS) de Lille. Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, a déclaré : « Je félicite les douaniers du Havre et de la DNRED, dont la remarquable coordination et la réactivité, en plein cœur de l’été, ont permis d’éviter l’entrée sur notre territoire d’une très importante quantité de drogue. Cette saisie de cocaïne, qui dépasse la tonne, est la plus importante réalisée par la douane cette année. C’est une perte sèche de plus de 74 millions d’euros pour le réseau criminel qui en a organisé le transport. Ce sont aussi des dommages inestimables pour notre société et la santé des Français qui sont évités. Pour tout cela, je remercie les douaniers français de leur vigilance ». En 2018, les services douaniers français ont intercepté 12,2 tonnes de cocaïne sur le territoire national et en haute mer (+ 32,6 %). 16,1 tonnes de cette drogue ont également été appréhendées à l’étranger sur information de la douane française (+ 6,4 %). (14/08/2019)


 

La manifestation contre les "violences policières" dégénère à Nantes

NANTES (Loire-Atlantique). vAprès un hommage rendu dans le calme, ce samedi matin, à Steve Maia Caniço, jeune homme de 24 ans disparu à Nantes le soir de la Fête de la musique et dont le corps a été retrouvé le 29 juillet, une manifestation organisée l’après-midi contre les « violences policières » a dégénéré (Photo/NR). 1 700 personnes ont participé à ce second rendez-vous. Parties de la place du Commerce, elles ont défilé vers la préfecture, puis vers la cathédrale et le château. Le cortège a été émaillé d’incidents et de heurts violents entre les manifestants et les forces de l’ordre qui ont utilisé gaz lacrymogène et canon à eau face aux jets de projectiles divers. Des barricades ont été dressées, des vitrines brisées, du mobilier urbain saccagé, des feux allumés. Un manifestant a été blessé. Un commissaire de police a été attaqué. L'auteur de l'agression a été interpellé. Pour prévenir au maximum les violences, plus de 900 véhicules avaient été envoyés sur place et près de 1500 personnes ont été contrôlées sur les axes menant à la ville de Nantes. La préfecture de Loire-Atlantique annonce l’interpellation 34 personnes pour faits de violences ou transport d'armes par destination. « Après les tensions que nous avons pu constater à Nantes et Toulouse, les débordements ont été contenus et les individus violents interpellés. Avec Laurent Nunez, nous saluons l'engagement de l'ensemble des forces de sécurité et de secours mobilisées aujourd'hui sur le terrain » a twitté enfin de journée Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur. (03/08/2019)


 

En intervention sur un feu de forêt un tracker s'écrase à Générac

PARIS. Alors que plusieurs appareils de la Sécurité civile intervenaient pour combattre un feu de forêt particulièrement menaçant près de Générac (Gard), un tracker (Photo/www.interieur.gouv.fr), lors d’une manœuvre, s’est écrasé vendredi en fin d’après-midi. Le pilote est décédé. Le ministre  l’Intérieur, Christophe Castaner et le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nunez,ont fait part de leur profonde émotion et de leur tristesse après l'annonce du décès d’un pilote de la Sécurité civile. Dans ces circonstances, le ministre et le secrétaire d’Etat témoignent de tout leur soutien à sa femme et ses enfants, aux proches, aux collègues et aux amis de ce pilote bombardier d’eau. « Cet accident nous rappelle une nouvelle fois ce que peut représenter l’engagement permanent des femmes et des hommes, sur terre comme dans les airs, au service de tous nos concitoyens » a souligné le ministre de l’Intérieur. Christophe Castaner Laurent Nunez apportent leur total soutien à l’ensemble des effectifs mobilisés depuis plusieurs semaines et toujours engagés à cette heure dans la lutte contre les flammes. Le ministre de l’Intérieur se rendra sur place dès demain matin. « La nation toute entière est reconnaissante envers ce pilote de la sécurité civile pour son abnégation » a précisé le ministre de l’Intérieur. (02/08/2019)


 

300 grenades et 56 kg d'armes saisis par les douaniers de Laon

LAON (Aisne). Les douaniers de la brigade de Laon ont procédé, le 30 juin, l'information a été rendu publique ce jeudi, à une très importante saisie d’armes et de munitions (photo/douane.gouv.fr) chez un collectionneur soupçonné de détenir des armes sans autorisation. Les douaniers positionnés sur la nationale 2, contrôlent un véhicule dont le bas de caisse est anormalement bas, indice d’un chargement important. A l’intérieur, les agents découvrent des boîtes contenant de nombreuses grenades ainsi que des armes de poing sans aucun justificatif. Les agents décident de poursuivre leurs investigations au domicile du propriétaire du véhicule situé dans les Ardennes. Au cours de cette visite, les douaniers apprennent que ce collectionneur d’armes est également propriétaire d’une autre résidence et d’un garage sur la même commune des Ardennes, qu’ils décident également d’inspecter. Des douaniers de la brigade de Charleville Mézières et de la Direction des opérations douanières de Metz participent également à la fouille de ces locaux en présence d’un officier de police judiciaire de la gendarmerie nationale. Toutes ces interventions se sont révélées positives. Au total, près de 300 grenades, plus de 150 kilos de fusées pour obus, 56 kilos de munitions de tous calibres (munitions dites « de fouille »), près d’une vingtaine d’armes ou parties d’armes dont la valeur totale est estimée à plus de 6 000 euros (pistolets semi automatiques Sig Sauer et Beretta de calibres 9 mm, Browning de calibre 7.65, pistolet-mitrailleur Sten fusils Garand USM 1, Bethier, Lee Enfield, Mauser…), 18 mortiers, 13 obus de divers calibre, ainsi que des détonateurs et des douilles d’obus ont été saisis. Une grande partie des grenades présentant des risques d’explosion et certaines armes n’ayant pas été neutralisées, deux équipes de déminage de la sécurité civile sont intervenues pour les prendre en charge et les détruire. (25/07/2019)


 

Des caméras individuelles vont équiper les sapeurs-pompiers

PARIS. Le décret relatif aux conditions de l'expérimentation de l'usage de caméras individuelles par les sapeurs-pompiers dans le cadre de leurs interventions est paru. Trois fois par jour, les sapeurs-pompiers sont victimes d’agressions partout en France (photo/BSSP). Face à ces comportements intolérable envers celles et ceux qui protègent les citoyens, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, avait annoncé le 15 juin, un plan ambitieux de lutte contre les agressions visant les sapeurs-pompiers en opération. Ce décret permet l’expérimentation du port des caméras-piétons sur les tenues d’intervention. Dans ce cadre, il est dès lors possible aux sapeurs-pompiers d’être équipés et de filmer les agressions dont ils pourraient être victimes. Les services d’enquête auront accès à ces images et pourront ainsi identifier les auteurs. Il s’agit d’une mesure attendue et d’un pas supplémentaire pour mieux protéger les sapeurs-pompiers et assurer que ceux qui les agressent soient interpellés et traduits en justice. 10 Services d’incendie et de secours et la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris sont d’ores et déjà candidats à l’expérimentation du dispositif jusqu’au 5 février 2022. La mesure s’inscrit au sein d’un plan plus vaste contre les agressions visant les sapeurs-pompiers qui inclut notamment plus de simplicité lors des dépôts de plaintes et une importante campagne de communication à la rentrée. Christophe Castaner déclare : « La sécurité de nos sapeurs-pompiers, ce sont des actes. Je suis fier d’avoir porté ce projet. Le port de caméras-piétons, c’est à la fois une protection supplémentaire pour les sapeurs-pompiers, un message de fermeté envers ceux qui les attaquent, et la garantie qu’aucune agression ne restera impunie ». (19/07/2019)

 

Plus de 2,2 tonnes de cigarettes saisies au tunnel sous la Manche

DUNKERQUE (Nord). Les agents des douanes de la brigade du fret routier du Tunnel sous la Manche ont réalisé jeudi 11 juillet une saisie exceptionnelle de 2,24 tonnes de cigarettes (photo/www.douane.gouv.fr). Lors d'un contrôle, ils ont ciblé un camion en provenance de Pologne. Les documents de transports présentés par le chauffeur aux douaniers indiquaient la livraison d'une citerne industrielle à une société basée au Royaume-Uni. L'inspection de la remorque a permis de constater la présence d'une citerne métallique de 6 mètres de long et de 2 mètres de diamètre. C’est lors du passage de la remorque au scanner que les douaniers ont constaté la présence de cartons dissimulés à l’intérieur la citerne. En l'absence de trappe d'accès, les plaques intérieures ayant été soudées, la paroi en acier de la citerne a du être découpée à la scie circulaire pour permettre aux douaniers d’accéder aux paquets de cigarettes. Il aura fallu plusieurs heures de travail pour décharger l’intégralité de la citerne remplie de cartouches de cigarettes de la marque PECT. Au total ce sont près de 2,2 tonnes de cigarettes qui été soustraites du marché parallèle. (17/07/19)
 

Le Panthéon occupé par des centaines de sans-papiers

PARIS. Le collectif des « gilets noirs » composé de plusieurs centaines de manifestants (photo/twitter.com/chapelledebout) ont pénétré à la mi-journée dans le Panthéon. Ils demandaient la reconnaissance de leurs droits ainsi que des papiers et voulaient être reçus par le Premier ministre Edouard Philippe. Ils déclarent : « On est des sans-papiers, des sans voix, des sans visages pour la République française. On vient sur la tombe de vos grands hommes pour dénoncer vos profanations, celles des mémoires de nos camarades, de nos pères et de nos mères, de nos frères et sœurs en Méditerranée, dans les rues de Partis, dans les foyers et les prisons. La France continue l’esclavage (… ) On vient défendre notre dignité (…) On occupe parce qu’il y a 200 000 logements vides à Paris, et que les nôtres dorment sous les échangeurs du périphérique ; parce qu’au foyer de Thiais comme dans les autres, la police vient le matin rafler les habitants jusque dans leurs chambres ; pour exiger la libération de nos camarades Gilets Noirs prisonniers en centre de rétention ; pour l’abolition de ces prisons pour étrangers. On ne veut plus avoir à négocier avec le ministère de l’Intérieur et ses préfectures. On veut parler au Premier ministre Edouard Philippe maintenant. On restera ici jusqu’à ce que le dernier d’entre nous aie des papiers (…) Cette action a pour objectif d’interpeller le Premier ministre afin de le rencontrer pour que des décisions politiques globales soient enfin prises afin de sortir des centaines de milliers de sans-papiers vivant et travaillant en France de l’insupportable étau du racisme, de la répression et de la surexploitation, de la chasse gardée et du cadre gestionnaire et stigmatisant du ministère de l’Intérieur. Si nous interprétons différemment l’épitaphe inscrite sur le fronton du Panthéon « Aux grand hommes, la Patrie reconnaissante », c’est parce qu’il est évident que beaucoup, parmi ces femmes et hommes, qui reposent en ce lieu et ont lutté toute leur vie durant contre l’injustice et pour l’égalité des droits, auraient sans aucun doute apporté leur soutien au combat des sans-papiers ». En milieu d’après-midi, les forces de l’ordre intervenaient pour déloger les manifestants qui sont sortis collectivement. La Police a procédé à 37 interpellations suite à des vérifications d’identité. Deux policiers et dix manifestants auraient été légèrement blessés. (12/07/19)


 

Un demi-million d'euros en liquide et 20 kg de kétamine saisis à Hendaye

HENDAYE (Pyrénées-Atlantiques). Les agents de la brigade des douanes d’Hendaye ont intercepté une importante somme en liquide (photo/douane.gouv.fr) et de la kétamine. Les deux prises ont été réalisées les 4 et 9 juin lors de contrôles effectués au péage autoroutier de Biriatou, sur l’autoroute A63 et rendues publiques ce mardi. Le 4 juin les douaniers contrôlent un véhicule immatriculé aux Pays-Bas se dirigeant vers l’Espagne avec à son bord deux individus de nationalité néerlandaise. L’équipe cynophile marque la banquette arrière, dont le démontage révèle un caisson métallique. Celui-ci contient un sac de sport renfermant 20 paquets thermosoudés renfermant une poudre blanche qui s’avère être de la kétamine. Il s’agit d’un produit classé comme drogue et qui en dehors d’un usage médical strictement réglementé est prohibé. Au total, 20,1 kg de cette substance, représentant une valeur de 422 500 euros sur le marché illicite, ont été saisis. Le 9 juin c’est cette fois un camping-car immatriculé en Allemagne, en provenance d’Espagne, et conduit par un chauffeur néerlandais, que les agents contrôlent. La visite du véhicule permet de découvrir, dissimulés dans un espace sous la couchette, 6 paquets renfermant de nombreux billets de banque en euros. Le chien anti-stupéfiants effectue un marquage net sur les paquets comme au niveau de la cache. Une seconde cache, vide, est mise au jour. Les infractions de manquement à l’obligation déclarative et de blanchiment ont été relevées. Après décompte la somme découverte s’élève à 499 900 €. L’infracteur a été remis au Service National de Douane Judiciaire et à la Police Judiciaire de Bayonne, co-saisis de l’enquête. Les deux affaires sont suivies par la JIRS de Bordeaux. (25/06/19)



 

Démantèlement d'une importante plate-forme de vente du darkweb francophone

PARIS. En milieu de semaine dernière, à l’issue d’investigations complexes, cyberdouane, unité de la Direction Nationale du Renseignement et des Enquêtes Douanières, a lancé une vaste opération de démantèlement de French Deep Web-Market, plate-forme historique du darkweb francophone créée en 2012. Ce site, fréquenté par des milliers d’utilisateurs et des centaines de vendeurs, proposait à la vente de nombreux produits et services illégaux tels que stupéfiants, armes, faux papiers… Cette opération s’est déroulée simultanément dans plusieurs villes et a mobilisé près d’une centaine agents de la DNRED, du RAID et d’experts de la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité du ministère de l’Intérieur. Lors des visites domiciliaires, plusieurs personnes ont été placées en retenue douanière dont l’administrateur présumé du site. Du matériel informatique, des cartes de paiement et différentes monnaies virtuelles, au premier rang desquels des bitcoins, ont été saisies. Des données informatiques relatives à FDW-M ont été massivement récupérées. Il s’agit de la seconde opération d’envergure menée par la DNRED permettant de démanteler une plate-forme majeure du darkweb francophone, après l’opération visant le site Black Hand en juin 2018. Outre la mise hors service du forum French Deep Web et de son market, l’opération a également permis la coupure des accès à une majorité des markets et forums actifs sur le darkweb francophone. A l’issue de la procédure douanière, trois individus ont été remis à la police judiciaire. La section cybercriminalité de la juridiction interrégionale spécialisée de Paris a confié la suite des investigations judiciaires aux enquêteurs de la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité de la direction centrale de la police judiciaire. (17/06/19)


 

Près de 400 kg de méthamphétamine saisis à Lons-le-Saunier

LONS-LE-SAUNIER (Jura). Les agents de la brigade des douanes de Lons-le-Saunier ont procédé le 5 juin, à une saisie exceptionnelle de 391 kg de cristaux de méthamphétamine (photo/douane.gouv.fr). Ils ont intercepté sur l’autoroute A39 un poids-lourd frigorifique immatriculé en Espagne qui se dirigeait vers l'Allemagne. Lors du contrôle, les agents des douanes ont constaté un chargement de 16 palettes de « portes en bois ». Trois dernières palettes, placées au fond du chargement ont attiré l'attention des douaniers. L'examen complet de ces trois palettes a permis  de découvrir dans chacune d'elles une cache sophistiquée invisible de l'extérieur. L'espace dissimulé renfermait de nombreuses boîtes et sachets plastiques contenant tous des cristaux de méthamphétamine, pour un poids net total de 391 kg. La valeur à la revente au détail de cette marchandise est estimée entre 30 et 40 millions d'euros. Cette saisie exceptionnelle montre, à nouveau, l'action des services douaniers dans la lutte contre les produits stupéfiants. En 2018, la douane a saisi 97,4 tonnes de drogues sur le territoire national et en haute mer dont 470 kg de drogues de synthèse. (10/06/19)
 

Plus de 6 tonnes de cigarettes saisies au terminal transmanche

CALAIS (Pas-de-Calais). Les agents des douanes de la brigade de Calais Littoral ont saisi mardi plus de 6 tonnes de cigarettes (photo/douane.gouv.fr). En contrôle au terminal transmanche ont réalisé une saisie record de 6 tonnes de cigarettes. La marchandise de fraude était dissimulée dans un ensemble routier immatriculé en Pologne. Les documents de transport présentés par le chauffeur indiquaient que les marchandises étaient des ballots de fibres destinés à être livrés au Royaume-Uni. Un premier contrôle de la remorque du camion a permis de constater la présence de cartouches de cigarettes dans l’un des cartons. Afin de procéder à un contrôle approfondi de l’ensemble routier, le chauffeur a été invité à déplacer le véhicule pour le présenter au hangar de déchargement mis à la disposition de la douane au sein du terminal transmanche. L’ouverture de plusieurs cartons prélevés dans différentes palettes a permis de découvrir d’autres cartouches de cigarettes. Le déchargement intégral des palettes a été nécessaire pour comptabiliser les cartouches de cigarettes de fraude. Après plusieurs heures de travail les douaniers ont dénombré 30 000 cartouches de cigarettes pour un poids total de 6 tonnes. L’infracteur a été condamné, ce vendredi, par le tribunal de grande instance de Boulogne-sur-Mer à une amende de plus de 2,3 millions d’euros et 12 mois de prison dont 6 avec sursis. (07/06/19)


 

7 tonnes de cannabis saisies en Méditerranée

TOULON (Var). Dans le cadre d’une opération conjointe menée le 23 mai dernier, par les Douanes françaises (photo/www.defense.gouv.fr) et la Marine nationale, au sud du bassin méditerranéen occidental, sous la coordination de la préfecture maritime, 7 tonnes de résine de cannabis reparties dans 230 colis ont été saisies. Le patrouilleur de la Douane française « Jean François Deniau » a arraisonné la vedette transportant les stupéfiants, avec le soutien du patrouilleur de haute mer « Commandant Birot » de la Marine nationale. La détection du bateau et son suivi jusqu'à son interception ont été assurés par un avion Beechcraft KA350 de la Douane française. La surveillance aérienne a été également assurée au cours de l’opération par deux avions de la Marine nationale, un Falcon 50 et un Atlantique 2. Le « Jean-François Deniau » a transféré à son bord les stupéfiants saisis et le patrouilleur de haute-mer « Commandant Birot » a remorqué la vedette. Tous ont fait route vers le port militaire de Toulon où ils ont accosté samedi 25 mai. La Douane précise que « les trafics de drogues sont connus pour participer au financement du grand banditisme ou du terrorisme ». (27/05/19)


 

Plus de 400 000 tranquillisants de contrebande saisis à Calais

CALAIS (Pas-de-Calais). Les douaniers de Calais tunnel ont saisi le 23 mai dernier, en fin de matinée, 415 695 comprimés de diazépam, un tranquillisant. La valeur de ces médicaments transportés en contrebande est estimée à 470 000 euros. Les douaniers du tunnel ont procédé au contrôle d’un camion immatriculé en Lituanie et s’apprêtant à partir pour la Grande-Bretagne via le tunnel sous la Manche. Les documents présentés par le chauffeur couvraient un groupage de colis en provenance d’Allemagne. Lors de l’inspection du chargement, les douaniers ont découvert plusieurs cartons emballés d’un film noir contenant des bidons en plastique scellés supposés contenir des protéines pour la nutrition. A l’ouverture de l’un des pots, ce sont des tablettes de médicaments en vrac, sans notice ni emballage, qui ont été découvertes. Au total, 44 bidons ont été extraits du chargement. Le conditionnement de ce médicament, transporté depuis la Slovaquie, laisse supposer un usage détourné de sa vocation thérapeutique. Cette molécule est en effet fréquemment utilisée en substitut des opiacés ou de l’alcool. En association avec ce dernier, elle permet de modifier le comportement. Le chauffeur du camion de nationalité biélorusse, mis hors de cause, a été laissé libre. Les médicaments ont été saisis et un échantillon est en cours d’analyse au Service commun des laboratoires douane/DGCCRF de Lille. Le Parquet de Boulogne a été saisi du dossier. Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics a déclaré : « Cette saisie représente à elle seule un tiers des médicaments à usage humain interceptés par les services douaniers l’an dernier ». En 2018, la douane française a réalisé 4 144 constatations relatives à des produits de santé représentant 2,2 millions d’articles. Parmi ces constatations, 2 610 concernaient des médicaments à usage humain et ont permis la saisie d'environ 1,2 million d'articles. (27/05/19)


 

Près de 500 kg de cocaïne saisis à Loon-Plage

DUNKERQUE (Nord). La Douane annonce ce jour que les douaniers de Dunkerque ont réalisé le 29 avril dernier, une saisie de 492 kg de cocaïne à Loon-Plage (photo/douane.gouv.fr) lors du contrôle d’un conteneur transportant des bananes . La valeur de cette drogue est estimée à plus de 40 millions d’euros sur le marché illicite de la revente au détail des stupéfiants. Lundi 29 avril, les agents de la cellule de ciblage du fret de Dunkerque sélectionnent un conteneur de bananes en provenance du Suriname via Pointe à Pitre. A l’ouverture de celui-ci, ils constatent la présence de palettes chargées de cartons de bananes. Ils décident de décharger le conteneur dans son intégralité pour vérifier la présence éventuelle de stupéfiants dans la structure du conteneur. A l’issue d’un sondage minutieux, les douaniers décident de découper le plancher métallique du conteneur à l’aide d’une scie circulaire. Ils découvrent des pains de cocaïne dans la cache ainsi mise à jour. Le plancher est finalement totalement soulevé avec un transpalettes. Au total, 415 pains de cocaïne sont extraits du plancher du conteneur totalisant 492 kg de drogue. La Juridiction Inter Régionale Spécialisée de Lille a été saisie du dossier. Il s’agit de la plus importante saisie de cocaïne réalisée par la douane française depuis le début de l’année 2019. En 2018, les services douaniers français ont intercepté 12 tonnes de cocaïne sur le territoire national et en haute-mer. (14/05/19)
 

La cathédrale Notre-Dame de Paris en proie aux flammes

PARIS. Un important feu de toiture s'est déclaré dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, qui fait l’objet de travaux de restauration, ce lundi vers 18 h 50, suscitantune très vive émotion à Paris et de par le monde. Le feu aurait démarré dans les combles. La flèche, haute de 96 mètres, la charpente en bois de chêne et la presque totalité du toit de l’édifice religieux ont été détruits. En quelques heures, 850 ans d'histoire sont partis en fumée (photo/twitter.com/Place_Beauvau). Les 400 sapeurs-pompiers de Paris présents sur place ont combattu la propagation du feu durant 9 heures avant de venir à bout de cet effroyable incendie. 2 policiers et un sapeur-pompier ont été blessés. La structure de la cathédrale a pu être sauvée et les principales œuvres d’art ont été sauvegardées, parmi elles, la couronne d'épines et la tunique de Saint Louis. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a été chargée de coordonner aux côtés de Monseigneur Chauvet, le recteur de Notre-Dame, la mobilisation de fonds en France et à l'international pour restaurer la cathédrale, un travail qui prendra nécessairement plusieurs années. En milieu de soirée, le président de la République Emmanuel Macron s’est rendu sur place. « Ce qui s'est passé est un terrible drame. Je remercie les pompiers de Paris pour leur combat fait avec un courage extrême et un grand professionnalisme et beaucoup de détermination. Le pire a été évité même si la bataille n'a pas été totalement gagnée », a souligné le Chef de l’Etat sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris avant de poursuivre « La façade et les deux tours principales ne se sont pas effondrées. J'ai une pensée ce soir pour les catholiques de France, et partout dans le monde, en particulier en cette Semaine sainte. Notre-Dame de Paris, c'est notre histoire, notre littérature, notre imaginaire, le lieu où nous avons vécu tous nos grands moments, nos épidémies, nos guerres, nos libérations, c'est tant de livres et de peintures Cette cathédrale, nous la rebâtirons tous ensemble. Une souscription nationale sera lancée et nous ferons appel aux plus grands talents parce que c'est ce que notre histoire mérite ». Le pape François est « proche de la France » et « prie pour les catholiques de France et pour la population parisienne », a écrit sur twitter Alessandro Gisott, directeur de  la salle de presse du Saint-Siège qui ajoute « Il assure de ses prières tous ceux qui s'efforcent de faire face à cette situation dramatique ». Alors que l’incendie dramatique ravageait encore la cathédrale Notre-Dame, les évêques de France ont exprimé leur immense tristesse et assuré Monseigneur Aupetit, archevêque de Paris de leur proximité et de leurs prières pour son diocèse. Conscients que le rayonnement de Notre-Dame de Paris dépasse le cadre de la capitale et qu’elle reste un symbole majeur de la foi catholique et un lieu où tous, croyants et incroyants, peuvent se retrouver aux moments importants de l’histoire de notre pays, les évêques de France « invitent les catholiques à être toujours davantage les pierres vivantes de l’Eglise en vivant du mystère de la mort et de la résurrection du Christ, source d’espérance ». Du côté de l'enquête, pour déterminer l'origine de l'incendie, Rémi Heitz, procureur de la République de Paris, a précisé lors d'un point presse : « Rien ne va dans le sens d'un acte volontaire ». La piste accidentelle est toujours privilégiée. (15/04/19)
 

Plus de 17 tonnes de tabac saisies par les douaniers du Jura

LONS-LE-SAUNIER (Jura). Les douaniers ont saisi 17,1 tonnes de tabac (photo/Douane). Le chargement a été intercepté sur l’aire de repos du Poulet de Bresse (A39). Il était transporté dans un ensemble routier composé d’un tracteur lituanien et d’une semi-remorque bâchée « anonyme » immatriculée en Estonie. Le chauffeur lituanien a présenté des documents de transport remplis au crayon à papier couvrant le transport d’Espagne en Estonie de 114 cartons de « Strip blend ». La dénomination commerciale étant imprécise et suite à une forte odeur de tabac se dégageant de la remorque, les douaniers ont contrôlé le chargement. L’ouverture d’un carton a permis de constater qu’il renfermait des feuilles de tabac hachées et compressées. Un échantillon de tabac est adressé à laboratoire de Marseille, appartenant au réseau commun de laboratoires douane/DGCCRF. Les analyses ont révélé que le tabac haché était « saucé » et « fumable en l’état », confirmant son caractère de tabac manufacturé soumis à document d’accompagnement. Le chargement a été saisi ainsi que le moyen de transport. La consultation des autorités lituaniennes, via l’attaché douanier basé à Berlin, a révélé par ailleurs que le chauffeur routier lituanien serait lié à un trafic de cigarettes et qu’il a déjà été arrêté par la douane lettone en 2010. (02/04/19)

En bref

ROISSY (Val-d'Oise). Lundi 28 octobre, les douaniers de Roissy ont procédé au contrôle de deux voyageurs en transit pour la Chine. L’ouverture de leurs quatre bagages a permis de découvrir plusieurs sachets en plastique transparents dans lesquels se trouvaient des alevins, le tout enveloppé dans du papier isotherme. Les bagages ne contenaient aucune affaire personnelle. La suite du contrôle a permis aux douaniers de retrouver deux valises supplémentaires, au contenant identique. Leur propriétaire n’a pas été identifié. La valeur de cette prise, portant sur 90,7 kilos, est estimée à 315 000 euros, le prix du kilos d’anguilles adultes pouvant atteindre 3 500 euros sur le marché des pays du sud-est asiatique. Jugés en comparution immédiate, les deux infracteurs ont respectivement été condamnés à 7455 et 7620 euros d’amendes. (04/11/2019)


ARLES (Bouches-du-Rhône). Les agents des brigades des douanes d’Arles et d’Aix-en-Provence viennent de réaliser la saisie de plus de 75 kg de cocaïne et ont découvert 865 000 euros dans un camion frigorifique. La valeur de la drogue est estimée à 6 millions d’euros sur le marché illicite de la revente au détail de stupéfiants. (31/10/2019)


HENDAYE (Pyrénées-Atlantiques). Les douaniers de la brigade d’Hendaye ont procédé à la saisie de 21,6 tonnes de tabac. Le chargement de tabac en vrac avait été intercepté le 24 juillet dernier au péage de Biriatou et un échantillon avait été adressé au laboratoire commun douane/DGCCRF de Marseille pour analyse. Ses conclusions, rendues lundi 5 août, confirment qu’il s’agit bien de « tabac fumable en l’état », qui ne pouvait donc circuler sans document d’accompagnement. C’est vers 11 h 45 le mercredi 24 juillet, que les douaniers d’Hendaye ont contrôlé, au péage de Biriatou (A63), un ensemble routier polonais en provenance d’Espagne et à destination de l’Allemagne. Le chargement se composait de 108 cartons de feuilles de tabac pour lequel le chauffeur, de nationalité ukrainienne, n’a pu produire aucun justificatif de transport. Il a été remis en liberté à l’issue de la retenue douanière sur instruction du Parquet. (07/08/2019)


PARIS. Ce mercredi c'est déroulée l’audience solennelle d’installation de Jean-François Ricard dans ses nouvelles fonctions de premier procureur antiterroriste. Après avoir commencé sa carrière comme juge d'instruction, Jean-François Ricard rejoint en 1994 la section antiterroriste du Tribunal de grande instance de Paris. En juillet 1995, il est notamment chargé de l’enquête sur l’attentat à la station du RER Saint-Michel revendiqué par le Groupe Islamique Armé (GIA) algérien. Parmi les dossiers que le magistrat traite ensuite, on trouve celui de l'attentat du RER B à la station Port-Royal en 1996, du "gang de Roubaix" ou des filières tchétchènes et irakiennes. En 2006, il quitte la section antiterroriste pour la Cour d’appel de Paris où il exerce en tant qu’avocat général. Depuis 2015, Jean-François Ricard était conseiller à la Cour de cassation. La création du Parquet National Anti-Terroriste est l’une des mesures phares de la Loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice. Le PNAT est compétent sur l’ensemble du territoire en matière de terrorisme et de crimes contre l’humanité. Il va notamment devoir préparer les grands procès des attentats de 2015 et 2016, qui se tiendront ces prochaines années. Le procureur de la République antiterroriste sera entouré d’une équipe de 26 magistrats. (03/07/19)


PARIS. Pour répondre à la fraude fiscale, le Service d’Enquêtes Judiciaires des Finances (SEJF) vient d'être créé. Issu de la transformation du Service National de Douane Judiciaire (SNDJ), il réunit au sein d’une seule et même structure l’expertise des officiers de douane judiciaire et des officiers fiscaux judiciaires. Placé sous la co-tutelle du directeur général des Douanes et des Droits indirects et du directeur général des Finances publiques, il est dirigé par un magistrat de l’Ordre judiciaire et peut être saisi, notamment, par le Parquet National Financier (PNF) dans le cadre de dossiers nécessitant une expertise fiscale, douanière ou financière. Le SEJF est composé de 266 enquêteurs habilités dont 241 officiers de douane judiciaire et 25 officiers fiscaux judiciaires. Ces agents sont spécialement habilités à exercer des missions de police judiciaire et disposent de toutes les prérogatives mises à leur disposition par le code de procédure pénale. Le siège du service d’enquêtes judiciaires des finances est situé à Ivry-sur-Seine. La première promotion d’officiers fiscaux judiciaires a été formée durant le premier semestre 2019 à l’École nationale des douanes de Tourcoing. « La création du Service d’Enquêtes Judiciaires des Finances est la réponse cohérente de l’État dans l’accélération de la lutte contre la grande délinquance économique et financière en mettant en commun les cultures douanières et fiscales et en capitalisant sur l’expertise et les ressources de ces personnels ayant déjà fait leurs preuves » souligne Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics. (03/07/19)

MANIFESTATION. A l'occasion des manifestations du , le ministre de l'Intérieur,  Chistophe  et le préfet de police de , Didier Lallement, ont présenté ce mardi le dispositif de et de maintien de l'ordre : plus de 7 400 policiers et gendarmes seront mobilisés dans la capitale. (30/04/19)

PREVENTION. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, en visite à l'Hôpital des Gardiens de la paix, a annoncé "la mise en place d'une cellule de vigilance" suite aux suicides de 24 policiers depuis le début de l'année. (12/04/19)

CRIMES ET DELITS. La plupart des indicateurs conjoncturels des crimes et délits enregistrés sur le premier trimestre 2019 ont augmenté par rapport au trimestre précédent. La hausse est nette pour les violences sexuelles (+6 %), les vols dans les véhicules et les cambriolages de logements (+5 %). Les vols sans violence contre des personnes (+4 %), les vols violents sans arme (+4 %) et les vols de véhicules (+3 %) augmentent également. La hausse est très légère pour les coups et blessures volontaires (+1 %). Les vols d’accessoires sur véhicules ont très légèrement diminué (-1 %). Les vols avec armes baissent de 3 %. Les homicides du dernier trimestre ont baissé de 5 % par rapport au trimestre précédent. (04/04/19)
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com